facebook

linkedin

youtube

instagram

fren
Mon panier
Aucun article
>
logo-frenchtouch-oceanclub.fr
» » 727 SAILBAGS - Nicolas & Matthieu
lundi 21 juin 2021

 

 

727 Sailbags : une marque à l’ADN marin
 

Donner une seconde vie aux voiles de bateaux : tel est le concept de 727 Sailbags, qui les recycle pour les transformer en sacs, maroquinerie, vêtements et autres objets de décoration. Pas étonnant que la marque à l’ADN marin ait adhéré au projet d’Éric dès le début, comme l’explique Matthieu Bimbenet, directeur général de 727 Sailbags.

 

Quelle est la genèse de l’entreprise ?

La marque, qui doit son nom au plan Farr de 7,27 m dont les voiles ont servi à créer les premiers sacs, a été créée en 2005 et développée de manière artisanale avant d’être dirigée à partir de 2010 par un trio d’entrepreneurs passionnés de voile : Jean-Baptiste, son fondateur, Erwan et Anna. Notre vocation est de recycler des voiles qui ont navigué en sacs à main, bagagerie, objets de décoration ou encore prêt-à-porter avec insertion de pièces de voile.

 

Vous êtes un véritable acteur de l’économie circulaire, quelle est votre démarche ?

À l’inverse du monde de la mode qui imagine un produit puis en cherche la matière, on part de la matière collectée en France et dans le bassin méditerranéen pour créer nos collections avec des stylistes et des modélistes. Notre stratégie est d’aller quasiment uniquement vers des matières engagées, recyclées ou naturelles, certifiées en matière de respect de l’environnement. Nos produits, qui sont fabriqués en partie à Lorient, dans nos ateliers, ont pour vocation de rester au moins deux ans en catalogue. On fait appel à des ateliers externes pour la confection textile et maroquinière. On travaille par exemple avec des ateliers français pour nos pulls marins, dont Royal Mer.

 

Sur notre 2e collection faite à la main, nous avons réussi à conserver  la traçabilité des coquillages sur chaque monture et valorisons des ressources plus singulières comme les palourdes, les coques, les ormeaux ou des carcasses de homard.
Pour développer nos créations, nous avons créé notre micro-filière de valorisation des coquillages, qui proviennent des déchets de production des professionnels de la pêche, de l’agroalimentaire, des producteurs, de la restauration et de certaines collectivités.


Aujourd’hui, nous nous sommes donnés pour mission le déploiement d'une filière pilote de collecte et de valorisation des déchets coquillés baptisée Friendly ACT. Objectifs : réunir les acteurs existants en s’appuyant sur les retours d’expériences et les attentes de chacun, créer des points de collecte, développer les traitements et contribuer à leurs valorisation pour de nouvelles applications.

 

Comment avez-vous fait votre entrée dans la French Touch Family ?

La course au large fait partie de l’ADN de la marque. On entretient une certaine proximité avec le milieu à travers des partenariats avec des skippers et des courses au large. Quand Éric nous a sollicité pour lancer son projet French Touch, on a commencé à travailler sur une charte graphique pour lui, et nous avons créé l’identité de la marque. En 2020, notre équipe de stylistes et graphistes a aussi imaginé une première collection en proposant des designs French Touch pour certains produits des autres membres de la French Touch Family. Faire partie du Club, c’est aussi l’opportunité d’être étroitement associé à un projet voile, à un sportif de très haut niveau qui partage des valeurs qui nous sont chères comme la durabilité et le respect de l’environnement. Et outre Royal Mer, on travaille avec d’autres membres du Club, comme Soöruz par exemple, qui recycle et transforme des combinaisons néoprènes en copeaux que l’on utilise dans nos galettes de chaises ou nos poufs. Ou encore avec Guy Cotten. Notre collaboration est antérieure au lancement du Club, mais il nous permet de continuer à entretenir nos bonnes relations.

 

 

L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter